Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 16:18

 

 

 

A propos du Bangladesh un poème de Taslima Nasrin, écrivaine menacée de mort dans son pays et exilée

 

 

LES OUVRIERES DE LA CONFECTION

 


Les ouvrières de la confection, marchant ensemble,
ressemblent à des centaines d'oiseaux qui volent dans le ciel du Bangladesh.



Les ouvrières de la confection, retournant à minuit dans leurs taudis,

rencontrent des vagabonds des rues qui leur volent leur argent,
poussent leurs corps dans les corps des filles,
volent les dépouilles de la nuit.

Malgré une nuit blanche, avant l'aube les ouvrières de la confection à nouveau marchent ensemble,
l’eau vient à la bouche des hommes lorsqu'elles passent et crachent,
les filles les évitent autant qu’elles le peuvent
elles ne mangent la nourriture de personne, elles ne portant les vêtements de personne, elles marchent , marchent encore.

Comme des bœufs aveugles, elles se fraient un chemin
elles n’ont rien et dépendent de ceux qui ont.

Interdites de jouir des arcs en ciel,
Vouées à être jetées par terre, tripotées, violées dans les ténèbres et la peur
au lieu de se baigner avec joie dans le clair de lune.

Comme des centaines de Bangladesh volant dans le ciel du monde,
les ouvrières de la confection marchent, marchent.

 

Partager cet article

commentaires