Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 09:36

L’AMER DESTIN DE FRANCOIS HOLLANDE

Dans son livre « Adieu Abidjan sur Seine » (Editions Autres Temps – 2008), Guy Labertit, délégué national pour l’Afrique du parti socialiste de 1993 à 2006 parle de François Hollande alors premier secrétaire du parti : « François Hollande – sans doute celui qui, à la tête du PS , a éprouvé le moins d’intérêt pour les relations internationales , surtout extra-européennes – a toujours eu un rapport plutôt distant à tout ce qui touchait l’Afrique. En novembre 1998, il m’a dit tout de go après avoir rencontré un président africain : « Guy j’admire ta ténacité dans ton engagement, mais en Afrique, il n’y a que des coups à prendre. ».

Surtout lorsqu’on commence par en donner ……….

Après la création d’Africom, la destruction du régime libyen par l’OTAN, la partition du Soudan, le coup d’Etat militaire de la France le 11 avril 2011 en Côte d’Ivoire, la guerre occidentale pour la reconquête de l’Afrique s’intensifie au Mali avec l’opération SELVAR * déclenchée le 11 Janvier par le chef des armées françaises et qui est tout sauf improvisée (voir article ci-après).

Il n’est pas inutile de rappeler que le premier partage de l’Afrique en 1885 à Berlin n’a pas empêché les puissances européennes organisatrices du dépeçage de rentrer trente ans plus tard dans un conflit violent et prolongé  entre elles : la première guerre mondiale. L’accord initial sur le pillage de l’Afrique a volé en éclats au moment du partage du butin.

*Le Selvar est une variété de chat de la région du Sahel qui a cette particularité d’être particulièrement incontinent  - il fait pipi sans arrêt. Comme le Selvar la France avec ses parachutistes et ses chasseurs bombardiers pisse sur le Sahel des missiles à 1 million d’euros l’unité.

 

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « 

 

L’Invasion préplanifiée du Mali révèle l’agenda néo-colonialiste de la France

Par Finian Cunningham

 

Publié par "Information Clearing House"

Traduction Comaguer



16 janvier 2013

La vitesse et l'étendue avec laquelle les avions de guerre françaises ont été déployés au cours du week-end dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, le Mali, mettent en évidence  un plan bien rodé d'intervention par l'ancienne puissance coloniale.

En effet, telle est la chorégraphie soigneuse de ce développement militaire saillant que l'on pourrait dire que les français se sont finalement donné eux-mêmes le feu vert pour exécuter un plan qu'ils avaient fait mûrir depuis plusieurs mois. Ce plan n'est rien de moins que la reconquête néocoloniale de son ancienne colonie dans une  région Afrique de l'Ouest d’importance stratégique.

Dans les heures suivant la sollicitation par le gouvernement malien d’un appui militaire pour contrer l'avancée  des rebelles du Nord, des avions de combat français ont  commencé à effectuer des frappes aériennes vendredi. Les sorties auraient, selon les médias, été menées pendant au moins trois jours consécutifs. Selon les reportages des médias, les avions de chasse français Mirage et Rafale auraient frappé dans une large bande  du Sahel, depuis  Gao et Kidal, dans le nord-est, près de la frontière avec l'Algérie, jusqu’à la ville occidentale de Lere, à proximité de la Mauritanie.

Les avions de combat ont été envoyés depuis la  France et l’auraient été  également depuis le  Tchad. Le gouvernement français a affirmé qu'il avait obtenu l'autorisation par l'Algérie du survol de son territoire. Les deux pays voisins nord-africains sont aussi d’anciennes colonies françaises.

Les frappes aériennes par les avions français sur au moins six zones-cibles très dispersés dans le Mali couvrent une distance opérationnelle de près de 2 000 kilomètres d'est en ouest. Ce niveau de coordination indique plusieurs semaines de planification et dément l'apparence que le gouvernement français réagissait de façon impromptue à une demande soudaine d'aide des autorités maliennes alignées sur Paris.

En outre, au cours du week-end, quelques 500 soldats français sont arrivés dans la capitale malienne du sud de Bamako et de la ville stratégique de Mopti, qui est située près du territoire du Nord tenu par les rebelles.

L’intervention française dramatisée a toutes les caractéristiques d'un plan méticuleux qui n’attendait  plus qu’un signal pour être lancé. La prise par les rebelles jeudi dernier de la ville de Konna, à 45 kilomètres de Mopti, près de la frontière nord-sud de facto, et le réveil subséquent du gouvernement malien à Bamako peuvent donc être considérés comme un simple feu vert pour la mise en œuvre du plan détaillé français.

En outre, le gouvernement français a reçu le soutien rapide d'autres pays européens et des  États-Unis. La Grande-Bretagne a envoyé des avions-cargos RAF CI7 à Paris à partir d'une base dans l'est de l'Angleterre afin d'aider les français à l’acheminement des troupes, des hélicoptères, des camions et d’autres équipements lourds. Washington a dit qu'il fournira de la logistique et des communications. Les drones de surveillance américains et français sont en action depuis des mois au Mali et dans les pays limitrophes.

Le Ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, s'est empressé de présenter les frappes aériennes du week-end comme un succès pour  bloquer les  « terroristes » maliens. Fabius a dit que  l’engagement  militaire français était une  « question de semaines ». Toutefois, la vaste mobilisation de troupes et d’avions de combat ainsi que le contexte géopolitique général amènent à voir les choses  autrement. Peut-être conscient de cela, Fabius a tenu à souligner que l'intervention au Mali ne se transformerait pas en « un autre Afghanistan. »

Officiellement, Paris, Londres et Washington ont jusqu'à présent fait pression en faveur d’une force d'intervention dirigée par les africains pour conduire l’action militaire de soutien   au gouvernement malien en vue d’écraser la rébellion séparatiste dans la moitié Nord du pays. La région du Nord a été prise en avril dernier par les rebelles Touareg alliés avec les milices islamistes appartenant à Ansar Dine et au mouvement pour l'unité et le djihad en Afrique de l'Ouest. Les rebelles ont réussi à consolider leur contrôle sur cette région vaste et en grande partie désertique près de la principale ville de Tombouctou. Le Nord-Mali couvre une superficie égale à celle de la France et est peu peuplé avec moins de 2 millions de personnes.

Les États ouest-africains, notamment le Nigéria, le Sénégal, le Burkina Faso, le  Bénin et le  Niger, sont, à la demande des puissances occidentales, chargés de rassembler une force d'intervention. Le mois dernier, le Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé la mission militaire ouest-africaine pour consolider le fragile gouvernement basé à Bamako dans l'extrême sud du pays, à des milliers de kilomètres du haut de la région Nord.

Après le vote du Conseil de sécurité, les diplomates à l'ONU et dans les capitales ouest-africaines parlaient d’une mission africaine combinée de quelques  3 500 soldats à déployer beaucoup plus tard dans l’année, en septembre au plus tôt. Il s'agissait également du point de vue de Romano Prodi, envoyé spécial de l'ONU au Mali, qui n’a été connu que dans les jours précédant l'intervention militaire française.

L'esquive soudaine des forces africaines pointe révèle l'agenda réel des puissances occidentales et de la France en particulier. Ce que nous voyons maintenant, avec le déploiement français rapide et à grande échelle, est la vraie nature néocoloniale de cet agenda. Tous les discours précédents tenus par Paris, Londres et Washington sur l'importance de l'intervention ayant « un visage africain » peuvent être considérés  comme une couverture cynique pour une action occidentale directe.

Il y a seulement trois mois le Président François Hollande a juré aux médias français qu'il y n'aurait « aucune présence française sur le terrain » au Mali. A l’évidence, les projets officiels ont changé.

La France et ses alliés occidentaux ont assidûment mis en avant  la menace pour la sécurité internationale qui aurait été posée par les rebelles au Mali. Il a été beaucoup insisté sur les  liens présumés entre les militants islamistes et Al Qaeda dans le Maghreb. Le Président Hollande a alerté à plusieurs reprises sur les menaces qu’un renforcement du contrôle des rebelles sur le Mali
feraient peser sur  la sécurité française et européenne

Un porte-parole du premier ministre britannique David Cameron a déclaré à la fin de la semaine: « les deux dirigeants [Cameron et Hollande] ont convenu que la situation au Mali constitue une menace réelle pour la sécurité internationale, compte tenue de l'activité terroriste là-bas. »

Les politiciens américains, les chefs militaires et les médias ont également pendant des mois été très  éloquents   sur le fait que le Mali représente une nouvelle « centrale de la terreur » mondiale et que les gouvernements occidentaux doivent agir de façon décisive pour éliminer ce danger.

Toutefois, la nature précise de cette « menace islamiste » au Mali n'est jamais ni expliquée ni démontrée. Nous sommes censés accepter la parole de Paris, Londres et Washington - les Etats voyous qui mènent des guerres illégales en Afghanistan, Irak, Libye et Syrie.

Ce que nous savons, cependant, c’est que les frontières postcoloniales du Mali vieilles d’un demi-siècle sont une institution exotique imposée aux peuples nomades de la région du Nord – et à une culture qui remonte à  des milliers d'années. Leur rébellion contre une administration téléguidée, jusqu'à présent indifférente à leur sort et sélectionnée par les  colonialistes à Bamako est probablement une cause juste. La France et ses alliés occidentaux sont par conséquent en train d’exacerber un différend interne au Mali avec un autre récit spécieux de « guerre contre le terrorisme » et de cette façon ces puissances se donnent à elles-mêmes  mandat à s'immiscer dans ce pays.

La France étant l’ancien maître colonial et ayant derrière elle des décennies d’interventions  militaires secrètes dans la région est le choix « naturel » parmi les puissances occidentales pour diriger une aventure néo-impérialiste dans cette région stratégiquement importante.

Le Mali a d’abondantes ressources naturelles en métaux et en minéraux. Il est une source majeure d'or et d'uranium, ainsi que de fer, de cuivre, d’étain et de manganèse et aussi de minéraux tels que les phosphates, le sel et l’argile.

En outre, la région de l'Afrique de l'Ouest a un potentiel extraordinaire pour l'agriculture et le pétrole. Le golfe de Guinée, le Ghana et le Nigéria sont à appelés  devenir une région centrale  pour la fourniture de  pétrole et  de  gaz aux marchés mondiaux dans les années à venir.

L'intervention militaire de la France et des autres puissances occidentales au Mali - sous le couvert de « vaincre le terrorisme » - est une tête de pont pour les capitaux et les sociétés occidentales, non seulement dans un pays riche en ressources, mais aussi dans une grande partie de l'ensemble du continent africain. En 2011, le bombardement de la Libye par  l'OTAN et la subversion par la France des élections en Côte d'Ivoire ont  marqué un nouveau départ du néo-impérialisme occidental en Afrique. Le Mali s'avère être la poursuite de cette dynamique et être un autre lieu de la  mise en scène de cette moderne ruée sur l'Afrique par les puissances occidentales.

Finian Cunningham, originaire de Belfast, en Irlande, est né en 1963. Il est un éminent expert dans les affaires internationales. Cet auteur et commentateur des médias a été expulsé de Bahreïn en juin 2011 pour son journalisme critique dans lequel  il a mis en évidence les violations des droits de l'homme par le régime soutenu par l'Occident. Il est diplômé d'une maîtrise en chimie agricole et a travaillé comme rédacteur scientifique pour la  Société royale de Chimie à Cambridge, en Angleterre, avant de poursuivre une carrière en journalisme.

 

 

Partager cet article

commentaires