Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 11:58

 

Jean de Broglie et l’Algérie


En complément de l’article « Daniel Guérin et Frantz Fanon » il nous a paru utile de mieux situer le personnage de Jean de Broglie. En effet alors qu’il  est secrétaire d’Etat au Sahara et aux DOM dans le gouvernement Debré (1959-1961)  il est choisi, avec Louis Joxe et Robert Buron, comme négociateur des accords d’Evian.  Il faut se souvenir qu’à l’époque la question du Sahara est un des soucis majeurs de De Gaulle  qui veut obtenir le droit d’y poursuivre, après l’indépendance de l’Algérie, ses essais nucléaires. Le secrétaire d’Etat au Sahara avait donc une mission de la plus haute importance.  Après l’indépendance, il occupe le poste de secrétaire d’Etat aux affaires algériennes. Il connait donc bien les membres du groupe dirigeant algérien ce qui donne du poids à l’appréciation qu’il porte sur eux.

Il lie ensuite son destin politique à Valery Giscard d’Estaing dont il est cousin par alliance et va fonder les républicains indépendants, parti du futur Président de la République dont il sera le trésorier. Il est donc à ce poste au cœur des secrets du régime. Le 24 décembre 1976 il est assassiné d’une balle dans la poitrine dans la rue à Paris.

Ce meurtre commandité dont seul l’exécutant a été condamné reste encore aujourd’hui un mystère. Les instigateurs du meurtre qui ont été livrés à la justice sont aujourd’hui blanchis et des documents officiels  montrent que la police était informée du projet d’un meurtre qu’elle n’a pas empêché.

Le livre de Jesus Ynfante cité ci-après établit les liens financiers entre le parti giscardien dans sa course à la Présidence et l’Opus Dei espagnol dont Ynfante a, dans un autre livre  intitulé « Santa Mafia », brossé le portrait.

 

JESUS YNFANTE

UN CRIME SOUS GISCARD

(Cahiers Libres 364/François Maspero)

 

p.89

Jean de Broglie était par ailleurs un interlocuteur  privilégié pour  l'Algérie, depuis que les accords d'Evian avaient consacré  la victoire politique du FLN. Il fut lié à tous ses représentants, notamment  Khi­der, avec lequel il resta en relation après que celui-ci eut détourné en sa faveur le trésor  de guerre du FLN, qui se trouvait à l'abri dans les banques suisses. En même temps, Jean de Broglie restait très proche des milieux officiels algériens, sans que ceux-ci lui reprochent son apparente duplicité. En 1971 et 1972, de Broglie aida ainsi à écouler le pétrole algérien dont les grandes compagnies françaises avaient interdit l'achat. Certains soupçonnent de Broglie et ses amis giscardiens d'avoir reçu à cette occasion d'importantes commissions  par l’intermédiaire de banques au Luxembourg  et en Suisse.

Partager cet article

commentaires

cf 12/04/2011 14:15


Une parenthèse: l'excellent site militant millebabords s'acharne à écrire radio.galere.org au lieu de http://www.radiogalere.org/radiogalereaccueil