Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 18:45

SUR LA POLICE DE LA PENSEE

***

Etude d’un cas concret  de censure sur Radio Galère

Depuis 15 ans le comité COMAGUER  (Comprendre et agir contre la guerre) créé en 2001 réalise des émissions de Politique internationale sur RADIO GALERE à Marseille.

Sous deux formes : Les carnets de COMAGUER, une chronique d’actualité hebdomadaire (durée 60 minutes), les dossiers de COMAGUER une émission thématique mensuelle sur un sujet , un auteur ou un livre (durée 90 minutes)

Pour le DOSSIER du 8 Novembre COMAGUER considérant le grand intérêt du nouveau  livre de Thierry Meyssan  « SOUS NOS YEUX »  pour la compréhension des politiques étrangères conduites par les deux derniers présidents français avait décidé d’interviewer l’auteur qui avait donné son accord. La version française du livre, déjà traduit en 9 autres langues  a été publiée en Avril 2017 par les Editions Demi-lune (France).

Thierry Meyssan habite Damas. Contact avait été pris  pour l’interroger en direct soit par téléphone soit pas SKYPE les lignes téléphoniques de la Syrie vers l’extérieur étant souvent saturées.

Comme il le fait toujours COMAGUER annonce le thème de son prochain DOSSIER par mail à son fichier de contact à l’intérieur de la radio et à l’extérieur.

Le Lundi 6 Novembre nous enregistrons  trois réactions très vives de l’intérieur de la radio émanant de 3 membres du CA contre l’invitation de Thierry Meyssan à l’antenne. C’est la première fois en quinze ans que pareille réaction se produit. Il n’est pas question du livre mais de l’auteur lui-même considéré donc comme infréquentable et dont le seul énoncé du nom semble insupportable. Voyant venir des difficultés COMAGUER fait aussitôt part à Thierry Meyssan de ces premières réactions en attendant la suite.

Le hasard veut que le soir du Lundi 6  Novembre se tienne la réunion mensuelle régulière du CA de l’association qui gère la radio. Bien que la question ne soit pas à l’ordre du jour elle est abordée probablement à la demande d’un des trois signataires des mails de protestation dont seuls deux sont présents. Au cours de la réunion Bernard Genet, porte-parole de COMAGUER et animateur de l’émission reçoit un appel téléphonique d’un des trois susnommés qui lui annonce que le débat est en cours sur le refus de l’intervention de Thierry Meyssan à l’antenne. Il demande quelle justification la CA va pouvoir donner à cette interdiction, la réponse est «  Thierry Meyssan est un conspirationniste, un fasciste ». A sa demande  son interlocutrice qui a mis l’amplificateur de son téléphone en service interroge l’assemblée et lui  répond que personne n’a lu le livre. Il confirme alors sa demande d’avoir une justification écrite à la décision qui sera prise.

Il ne la recevra que par téléphone le lendemain matin 7 Novembre.  Un message écrit  - voir ci-dessous - qui lui aurait été expédié l’après-midi de ce même jour ne lui parviendra jamais et lui sera transmis aimablement  le Samedi 11 par  un autre membre du CA qu’il rencontre à ce sujet. 

En écho à ce message COMAGUER  tient à préciser qu’il ne s’est jamais intéressé à SORAL, n’a  jamais cité ni son nom ni ses propos à l’antenne et ignore qui est CHATILLON.  D’autre part  assimiler THIERRY MEYSSAN au «  Boucher de Damas », terme utilisé pour désigner, on suppose, le Président de la république Arabe Syrienne dans un des trois mails de protestation mentionnés plus haut c’est considérer que le journaliste qui ne reprend pas à son compte les attaques virulentes du gouvernement français et les appels au meurtre du Ministre des Affaires Etrangères contre le dirigeant d’un Etat souverain est un complice de la «  Boucherie » en question.  C’est également postuler ce qui est pour nous inacceptable qu’un journaliste qui fait son métier c’est-à-dire  explique les raisons d’une politique, donne à comprendre et à réfléchir ne  saurait être qu’un chien de garde du pouvoir.  

Le CA écrit donc qu’après débat il est unanimement en désaccord avec l’intervention de Thierry Meyssan à l’antenne. Comme il n’existe à notre connaissance aucun précédent à semblable prise de position la question se pose  alors pour COMAGUER de savoir s’il s’agit d’une interdiction ou de la simple expression d’un désaccord politique. La réponse est, comme on le dit du diable, dans le détail qui suit.  

En effet assiste de plein droit au CA un des salariés permanents de l’association en CDI, un technicien, père de trois enfants, une  des chevilles ouvrières de la radio depuis des années. Ordre est donc donné à ce salarié de ne pas assurer la technique de l’émission du lendemain. L’émission est donc de fait interdite, le studio sera fermé. Le désaccord politique se transforme en censure.  Face à cet ordre de son employeur ce salarié ne peut qu’obtempérer. 

Les membres de COMAGUER se consultent  et rencontrent le lendemain 7 Novembre après-midi ce salarié pour lui dire qu’ils n’ont aucun reproche à lui faire et que la stupidité de l’ordre émanant de l’employeur  via le CA n’engage que la responsabilité de celui-ci.

Nous prévenons donc  Thierry Meyssan de cet acte de censure hypocrite qui a honte de dire son nom  et l’informons que l’émission n’aura pas lieu. Le studio étant fermé aucune annonce n’est faite  à ce sujet à l’antenne à l’heure normale de l’émission et les auditeurs sont laissés dans l’ignorance de ce qui s’est passé. Ceci justifie que par respect pour eux COMAGUER fasse connaitre  publiquement avec ce texte les raisons de ce silence.

Nous voici donc dans un pays où il n’existe plus  - et c’est tant mieux - de censure officielle, où les livres de Thierry Meyssan sont en vente libre, où aucun des dirigeants politiques mis gravement en cause dans « SOUS NOS YEUX » n’ a répondu ni donné de suites judiciaires  mais où le lynchage médiatique permanent d’un journaliste bien informé mais de facto interdit de séjour dans son propre pays crée des réflexes de chasse aux sorcières  y compris , la preuve est malheureusement faite,  au sein d’une radio associative attachée à la liberté d’expression mais qui en l’occurrence s’avère être, au moins au niveau des participants au CA du 06.11,  une victime déplorable de l’intense propagande de guerre gouvernementale développée par la France contre deux pays : la Libye et la Syrie. Cette propagande  est allée de pair avec des interventions concrètes violentes sur le terrain : bombardements en Libye, assassinat du chef de l’Etat et destruction de l’Etat ouvrant sur une crise humanitaire d’envergure , intervention des forces spéciales françaises en Syrie , livraison d’armements, soutien politique appuyé aux opposants, terroristes compris, du régime syrien, matraquage médiatique par les chaines publiques de radio et de télévision qui ne donnent la parole qu’aux seuls « experts » « dans la ligne »,  jusqu’à la préparation d’une attaque de missiles français sur la Syrie et dont l’objectif était probablement l’assassinat d’un second chef d’Etat qui selon le Ministre des Affaires étrangères français devait « disparaitre de la surface de la terre » attaque qui ne sera évitée in extremis que parce que le parlement britannique consulté refusera  cette agression et que le Président des Etats-Unis refusera son soutien arguant hypocritement qu’il n’a pas eu le temps de consulter le Congrès.

Il convient de souligner que la structuration  d’un  « l’anti-conspirationnisme » existant  depuis le 11 septembre 2001 a été décidée et conduite en France  par la  Présidence Hollande. Cela commence début 2015 par une note du Parti socialiste rédigée à la demande du Président  sur le mouvement international «  conspirationniste ». Le 27 Janvier 2015 au mémorial de la Shoah il affirme : «L’antisémitisme entretient les théories du complot qui se diffusent sans limite. Théories du complot qui ont, dans la passé, conduit déjà au pire » ce qui veut dire que pour lui tout « conspirationniste » est un antisémite, montage idéologique toujours à l’œuvre. Peu après la Fondation Jean Jaurès, think tank du PS, publie une note intitulée : « Conspirationnisme : un état des lieux » qui comprend une liste des citoyens dangereux digne d’un inventaire à la Prévert. Qu’on en juge :

« [C’est une] mouvance hétéroclite fortement intriquée avec la mouvance négationniste, et où se côtoient admirateurs d’Hugo Chavez et inconditionnels de Vladimir Poutine. Un milieu interlope que composent anciens militants de gauche ou d’extrême gauche, ex-« Indignés », souverainistes, nationaux-révolutionnaires, ultra-nationalistes, nostalgiques du IIIe Reich, militants anti-vaccination, partisans du tirage au sort, révisionnistes du 11-Septembre, antisionistes, afrocentristes, survivalistes, adeptes des « médecines alternatives », agents d’influence du régime iranien, bacharistes, intégristes catholiques ou islamistes » (p. 8).

 

Avec pareil fourre-tout, nul n’est aujourd’hui à l’abri d’une perquisition policière, voire d’une garde à vue prolongée  dans cette République fatiguée où l’état d’urgence vient d’être rendu permanent par un parlement croupion.

 

Mais que diable le CA de RADIOGALERE allait-il faire dans cette galère gouvernementale ?

***

La décision du CA du 06.11.2017 :

***

De : CA <ca-bounces@radiogalere.org> de la part de Isabelle TAITT via CA <ca@radiogalere.org>
Envoyé : mardi 7 novembre 2017 14:52
À : SUN TZU
Cc : ca radio galere
Objet : [CAdmin-Galere] Thierry Meyssan sur Radio Galère

 

 Me revient la tâche désagréable de te faire part du message du CA décidé hier

soir concernant l'intervention de Thierry Meyssan sur les ondes de Radio Galère 

 __________________________________________________________________

 Salut Bernard !

  Le CA de Radio Galère a pris connaissance, par ton annonce sur la liste infos, de ce que tu as prévu de donner la parole à Thierry Meyssan dans ton émission de mercredi soir.

 Lors de la réunion du CA de hier soir, à l'unanimité, et après avoir échangé avec toi par téléphone, en mettant le haut parleur afin que tout le monde puisse entendre ta position, nous avons acté de notre désaccord à l'intervention de Thierry Meyssan sur notre antenne commune.

   Il n'est toutefois pas dans la culture de Radio Galère d'exercer une censure a priori, c'est pourquoi nous ne te fermerons pas l'antenne mercredi soir. Par contre, afin qu'aucun salarié ne puisse se trouver en position difficile par rapport à toi, nous leur demandons de ne pas assurer la technique de cette émission.

 Nous pourrions argumenter longuement sur les raisons de notre désaccord, et nous espérons pouvoir le faire avec toi un jour, mais nous préférons nous référer à ce qui nous est commun, notre Charte. Extrait : « La radio s'engage contre tous les systèmes d'exploitation et d'oppression, pour l'émancipation de l'humanité, pour le droit des hommes et des femmes ! ». Le soutien de Thierry Meyssan à des régimes dictatoriaux et ses « fréquentations » de type Soral et Chatillon, nous suffisent aujourd'hui pour considérer que ses thèses et son discours ne sont pas conformes aux valeurs exprimées dans la Charte de Radio Galère.

***

Cette interdiction inquiétante a suscité des débats parmi les animateurs d’émissions de la radio  et le Président de l’association RADIO GALERE, absent le 06.11,  a convoqué un CA extraordinaire  pour revoir la question.

 A son issue, le communiqué suivant a été publié.

« Les membres du CA et les animateurs présents réunis le 20. 11. 17
- confirment leur attachement à la liberté d'expression et à la diversité y compris des oppositions irréconciliables.
- refusent tout jugement à priori au sujet d'une émission.
- s'engagent à être vigilants envers toute dérive qui contredirait la charte, chacun ayant une responsabilité tant légale que morale envers la radio.

Le CA »

***

COMAGUER  prend acte avec satisfaction de cette rectification et rappelle à cette occasion que :

  1. Dans le travail de journaliste indépendant  qui est celui des animateurs d’émission bénévoles sur Radio Galère donner la parole à l’auteur d’un livre ne signifie pas être le porte parole de cet auteur, mais considérer  après une lecture attentive que son livre mérite d’être lu.
  2. Le livre « SOUS NOS YEUX » apporte effectivement nombre d’éléments sur la politique néocoloniale catastrophique de la France en Libye, en Syrie  tout comme en Côte d’Ivoire. Cette politique catastrophique commence bien que tardivement à émerger et la responsabilité  morale, politique et pénale des dirigeants  qui l’ont conduite  devra être établie devant l’Histoire.
  3. COMAGUER  a observé à la lecture de ce livre que nombre d’informations qu’il rassemble occultées en France par les médias dominants se retrouvaient dans de très nombreuses publications (livres, articles, interviews) dans le monde entier et en particulier aux Etats-Unis.
  4.  La police de la pensée qui se met progressivement en place en France, dans l’OTAN et  dans l’Union Européenne (la Commission européenne vient de mettre en place le 11 Novembre un groupe de travail chargé de combattre les « fausses nouvelles » comprendre « établir la doxa lexicale et médiatique labellisée comme seule et unique vérité officielle »)  produit des effets inquiétants dans l’opinion publique. Elle prend en particulier la forme de la publication  de listes noires d’intellectuels critiques  et traduit une collusion  de plus en plus dangereuse et manifeste entre le pouvoir politique et les grands médias très majoritairement aux mains du grand Capital.
  5. Dans les guerres de quatrième génération menées aujourd’hui par les puissances impérialistes , la manipulation de l’opinion publique est partie intégrante de la stratégie d’ensemble : elle commence par  la préparation  de l’opinion à une agression à venir non annoncée mais déjà programmée pour la rendre acceptable et ensuite, quand l’agression a lieu, en violation de la charte des Nations Unies ,  elle s’emploie à  faire croire que le pays victime toujours plus faible que ses agresseurs , détruit , affamé, bouleversé  , a été « redressé »  au sens des « maisons de redressement » et qu’il a repris le « droit chemin » des maitres du monde impérialiste et de leurs multinationales.
Ce mécanisme brillament décrit dés 1988 par Noam Chomsky et Edward S. Hermann dans leur livre «  MANUFACTURING CONSENT »   (réédité en 2002) et dont les Editions Agone ont publié  en 2008 la version française (« nouvelle édition revue et actualisée –texte intégral » précise Agone) sous le titre : « LA FABRICATION DU CONSENTEMENT » fonctionne aujourd’hui à plein régime  en France. COMAGUER déplore à ce sujet que  dans les médias français l’apport du coauteur Edward S Hermann, ce professeur d’économie récemment décédé,  ait été sous estimé au point que son nom n’est même pas cité dans de nombreuses recensions alors qu’il a publié seul ou avec d’autres coauteurs de nombreux autres ouvrages de la même veine. En France citons : Edward S.Hermann, David Peterson, Génocide et propagande, L'instrumentalisation politique des massacres – Editions Lux.

 

6- Pour autant le refus de la majorité du corps électoral de s’engager aveuglément en Mai 2017 dans la DOUBLE IMPASSE : MACRON - LE PEN montre les limites déjà atteintes de ce contrôle de masse des esprits.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires