Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 11:43

La guérilla colombienne en prise avec les problèmes de l’époque

 

Les combattantes des FARC-EP colombiennes disposent d’un site internet où elles expriment leurs positions sur la guerre en cours et en même temps, au milieu des combats, elles réfléchissent, car leur engagement dans la guérilla se fait au nom d’une société nouvelle à construire .

N’en déplaise aux propagandistes du système politico-oligarco-policier en place en Colombie dont le « grand inquisiteur Ordonnez » qui défend l’article 42 de la constitution colombienne qui stipule que « La famille est la cellule fondamentale de la société » est le porte-parole, on touche là à la différence fondamentale entre la guerre populaire et le terrorisme.

Dans un article récent*, la guérillera Natalie Mistral aborde la question du mariage homosexuel. Sa compréhension dialectique du problème montre à l’évidence que les FARC-EP sont un mouvement politique construit que dans la jungle on a de bonnes lectures et qu’on réfléchit.

*http://mujerfariana.co/index.php/vision-de-mujer/103-matrimonio-igualitario-o-abolicion-del-matrimonio

 

================================================================================

 

« La famille est la cellule fondamentale de la société »

Une déclaration qui est apparemment irréfutable, presque évidente. La question est celle-ci : de quelle famille parlons-nous ? De La famille " monogame et hétérosexuelle «, comme préconisé par le Grand Inquisiteur Ordoñez, semble être le modèle auquel se réfère la Constitution.

Il n'est pas le seul modèle possible. Contrairement à ce qui est dit par les institutions bourgeoises, le modèle «traditionnel» n'est pas universel, il n'a pas toujours existé, et il n'est pas le même partout. La famille, même si elle est l'unité de base de l'organisation sociale, est le résultat de l'évolution historique de chaque société.

Perte de valeurs ! Abomination ! Corruption de la société ! Ce sont quelques-uns des adjectifs que nous entendons souvent lorsque l'état de la société est en cours de discussion. En fait, nous assistons à un changement historique dans la structure familiale. Regardons au-delà du jugement de savoir si nous aimons ces modifications ou non, de percevoir la dialectique de l'histoire en plein développement. Réfléchissons sur les changements, socio-culturels, scientifiques, économiques qui nécessitent l'adaptation de l'organisation sociale aux vrais besoins humains de ce temps. Modifications qui nécessitent parfois de rompre avec les perceptions bien ancrées et que peuvent impliquer une certaine forme de violence.

Du mariage de promiscuité et de groupe dans les débuts du développement humain, de la famille polygame à la polyandrie, à la famille monogame patriarcale, le moteur du changement a été la croissance de la capacité de production. Cela a provoqué un déséquilibre dans les relations de pouvoir en faveur du mâle humain, qui l’ont amené à trouver un moyen pour assurer la perpétuation de sa propriété. Ensuite, il a imposé, non sans résistance, la stricte monogamie aux femmes pour être en mesure d'identifier sa progéniture et la faire hériter de ses biens (1).

Les différents cultes chrétiens et le capitalisme moderne ont changé la famille patriarcale "traditionnelle" dans la pierre angulaire du système économique moderne, en encourageant la division sociale et sexuelle du travail. Sur ce noyau de base, consolidé par l'idée que c'est la seule possibilité naturelle, la culture capitaliste est tout entière construite. Donc, nous ne devrions pas être surpris que le débat sur ​​le mariage homosexuel génère tellement de rejet et de polémiques.

Le fait que deux personnes du même sexe puissent acquérir autant de droits et de devoirs que les couples mariés n'est pas seulement une question de liberté ou d’éthique pour certaines personnes, il modifie la définition de l'institution familiale.

Cela ne signifie pas que la revendication du droit pour les couples homosexuels de se marier répond à une impulsion révolutionnaire anti-capitaliste, il s'agit plus d’un désir individuel d'intégration dans le système existant. S'il est clair que l'identité sexuelle ne définit pas les positions politiques, le rejet des différences par les secteurs les plus conservateurs est souvent un détonateur de la révolte et peut conduire à une plus grande participation politique et sociale. Cependant, la communauté LGBTI ne remet pas toujours en question l'institution de la famille bourgeoise, elle tend généralement à la reproduire.

L’exigence de la communauté LGBTI du droit de créer un abri juridique dans les paramètres bourgeois, est tout à fait légitime et compréhensible. Il s'agit tout simplement de la réalisation de l'acceptation sociale " normale " dans le cadre du droit à la différence. Mais il s'agit aussi de résoudre des problèmes concrets et quotidiens , sur l'obtention de réels avantages matériels dont bénéficient les couples mariés .L’officialisation de l'union entre deux personnes ( ou même plus ... ) qui veulent créer une famille répond à la nécessité matérielle d’ acquérir des droits et avantages légaux , en matière fiscale et de reproduction , entre autres . Ce ne sont pas des lois naturelles, mais de simples conventions sociales.

En ce sens, nous avons le devoir moral de soutenir le droit de chacun de décider de son corps et de son destin. Mais notre lutte va au-delà. La lutte anti- capitaliste prend place dans la construction d'une nouvelle société dont les valeurs sont l'antithèse de l’hypocrisie bourgeoise. Le vrai respect des différences, la solidarité, la justice véritable qui implique la justice sociale et la dignité doit être le fondement de cette nouvelle société. Et par conséquent, nous devons repenser les notions de famille et d'éducation. C'est -à-dire que nous devrions changer l'idée même du mariage.

Le mariage, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est avant tout un contrat économique (2). La notion de l'amour dans les couples mariés, ce qui n'est pas nouveau, ni idéal, n’a été que récemment intégrée dans les sociétés occidentalisées, comme un facteur déterminant dans ​​le choix du couple. Au cours du XXe siècle, surtout dans les classes inférieures, lorsque l'héritage et succession n’avaient plus aucune pertinence, il a été imposé comme une règle. Cette conception est le début de la transformation moderne et progressiste de la structure familiale. La priorité d'une relation fondée sur l'amour et non sur des motivations économiques est ce a progressivement permis l'acceptation du divorce, parce que quand l'amour disparaît, la raison d'être mariés disparaît, aussi. En d'autres termes, du mariage comme destin inévitable, on est passé à une situation où l'individu peut faire un choix. De permanent le mariage, est devenu de nos jours un état temporaire.

Et cela n'aurait pas été possible si les femmes n'avaient pas d’abord acquis une relative autonomie financière. Peu à peu, elles ont conquis le droit de ne pas être simplement l'organe de reproduction de la société. Ainsi, grâce aux luttes des femmes pour décider de leur vie, nous avons aujourd'hui la possibilité de construire d'autres structures familiales.

Cependant, l'archétype de la famille nucléaire heureuse persiste encore : père, mère et enfants, ensemble et heureux, sous un même toit et une structure économique où tout le monde a un rôle défini. Dans notre pays, il est toujours considéré comme naturel d’apprendre aux filles à être des femmes au foyer attentives et aux garçons à « être quelqu'un dans la vie " ! Mais la réalité montre que ce modèle est en train de disparaître. En Colombie, dans les deux dernières années seulement 19% des couples à l'âge adulte ont contracté un mariage civil ou religieux, tandis que 39 % vivent avec un partenaire. Sur 100 enfants qui naissent, 85 ont une mère célibataire et 12 % des enfants colombiens ne vivent pas avec leurs deux parents (3).

La fonction principale de la famille continue à être l'éducation des nouvelles générations. Ce qui est vraiment en train de changer, est la composition de la famille et les rôles joués par les membres de la même famille dans l'éducation des enfants. En Colombie , les différentes cultures et traditions - ce qui en soi ne correspond pas toujours au modèle bourgeois – chrétien de la famille , les besoins économiques , la violence émanant du conflit interne , l'urbanisation de plus en plus importante et l'incrédulité envers les religions , sont des facteurs qui ont influencé les modèles nouveaux ou renouvelés de familles, comme les familles monoparentales , reconstituées , ou pluri-générationnelles ou étendues .

La multiplication de ce qui était autrefois des cas individuels nous a permis d'éliminer les tabous et les jugements sur la capacité de ces nouvelles familles à élever leurs enfants Cependant, ces nouveaux modèles génèrent des changements culturels qui à leur tour nécessitent une évolution de la structure sociale dans l'organisation des responsabilités éducatives.

Le déséquilibre actuel entre la famille et les institutions existantes, renforcée par la résistance des secteurs conservateurs au pouvoir, génère ce que beaucoup décrivent comme " perte des valeurs «. Oui, il y a une perte des valeurs bourgeoises qui provoque un écart entre les modèles qui sont encore considérés valides ou «bons » et les sentiments et les expériences de la population. Ce sont des signes de l'incohérence du système capitaliste et de la nécessité de réinventer l’avenir.

Le problème du modèle familial existant est donc une question qui devrait être prise en compte lorsque nous commençons à réfléchir aux structures d'une société nouvelle. L'exercice que nous faisons en tant qu'organisation à La Havane avec le développement de nos propositions " minimum " doit prendre en considération cette conception.

Promouvoir une transformation égalitaire des structures sociales et l'évolution des structures éducatives, visant à répondre aux besoins émergents de la communauté, conduit à repenser le concept ", de famille sans le lier au mariage. Le contrat de mariage deviendrait alors inutile.

 

1. Engels, F. L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, p. 40 : " son but exprès est de porter des enfants dont la paternité est incontestable, et cela nécessite paternité incontestée pour les enfants, comme héritiers directs, qui doivent un jour entrer en possession des biens de leur père. "

2. Beauvoir, de S. Le Deuxième Sexe

3. Etude de la Famille dans le monde en 2013 (étude internationale collective parrainée par les institutions catholiques) http://www.childtrends.org/wp-content/uploads/2013/05/Mapa_mundial_familia_2013.pdf

Publié le dimanche 24 Novembre 2013

Traduction COMAGUER

Partager cet article

commentaires